Une vie, en musique

L’apprentissage

J’ai commencé la musique très jeune, avec des ateliers de découvertes organisés par la commune de Rombas. Puis vers l’âge de 7 ans, mon père m’a conduit dans un magasin d’instruments, à Hagondange : Centi Musique (ça c’est pour le côté souvenirs …). Là, j’ai choisi mon accordéon : un Fratelli Crosio, 80 basses, deux registres à la main droite, d’une jolie couleur pailletée dorée. Celui que j’ai toujours, plus de 40 ans après. Celui qui m’accompagne sur scène. J’en ai essayé d’autres, mais je reviens toujours vers lui.
C’est avec David Centi que j’ai pris mes premiers cours, dans l’arrière salle de la boutique de disques que sa femme tenait. Mon père avait démonté un vieux landau sur lequel j’attachais l’accordéon, et ainsi je parcourais le kilomètre et demi, aller, puis retour. C’était pratique mais ça attirait l’attention !
Ensuite, Jean-Baptiste Doell a pris le relais. Non, pas du landau, mais de mon apprentissage. Et cela, pour une dizaine d’années. J’ai pu ainsi faire parti de son orchestre d’accordéons, « Les Doryphores ». C’était un tremplin sympa pour la prise de confiance en soi, les premiers pas sur scène, chez Mado, à Rombas. Je ne remercierai jamais assez ce professeur !
Mais on ne finit jamais d’apprendre ….

Mon vieil ami …

Les rencontres musicales
Fin des années 80, début 90, mon parcours scolaire me traîne vers le LP Gustave Eiffel à Talange, rayon conducteur poids lourds. Je n’y ai pas embrassé cette carrière mais fait une belle rencontre avec Frédéric Péron. Sur le coin d’une table, pendant nos heures libres, au café Le Relais, il a écrit mes premières partitions avant que je comprenne à quoi servait le solfège. Nous avons joué en duo (saxophone/clavier) pour des maisons de retraite. Autre hasard de la vie, au cours d’un atelier sur la recherche d’emploi j’ai croisé le chemin de Bachir Benerbia. Avec un quatrième laron à la batterie, nous avons monté un groupe rock avec Fred à la guitare, Bachir à la guitare rythmique,le batteur….. à la batterie et moi, au chant. Rapidement, nous avons commencé à composer nos propres chansons. L’aventure a duré une année. Puis, j’ai poursuivi le chemin avec Bachir mais dans un autre genre musical.

NotaBene : 1995 – Henri Bruch ( contrebasse) – Bachir Benarbia (guitare rythmique) – Jean-Marie Casoni (guitare rythmique et solo) – Ken Elliot (Sax baryton et ténor) – Daniel Foertsch (batterie) – Béatrice Dodin (percussions) – Charles Girardin (accordéon) – groupe à tendances jazz, latino, compositions personnelles

  • De gauche à droite : Ken Elliot, Jean-Marie Casoni, Charles Girardin, Henri Bruch, Béatrice Dodin, Bachir Benarbia
  • de gauche à droite : Henri Bruch, Charles Girardin, Jean-Marie Casoni, Bachir Benarbia


BDBG : issu de NotaBene, BDBG était un quartet composé de Henri Bruch (contrebasse), Béatrice Dodin (percussions), Sylvain Baumann (sax ténor et baryton), Charles Girardin (accordéon) – standards jazz américain et latin

Quartier Latin : 2005 – avec Bachir Benarbia (guitare rythmique), Henri Bruch (contrebasse), Thierry Lalevée (alias Téachel)(chant), Marc Muller (basse), Yannick Fosse (basse), Gilles Lamboulé (guitare), Alain Gantner (contrebasse),Fred Fontana (guitare) et Sandra Fontana (basse), Pat Penven (contrebasse), Gérard Lutique (batterie), Charles Girardin (accordéon) (remplacé quelques temps par Gérard Galon) – reprises arrangées jazzy de chansons de Brassens, Brel et Ferré

  • de gauche à droite : Charles Girardin, Thierry Lalevée, Bachir Benarbia, Henri Bruch
  • Thierry Lalevée et Charles Girardin
  • Henri Bruch
  • Bachir Benarbia
  • Thierry Lalevée, Gilles Lamboulé, Charles Girardin



Téachel : 2016 – « La démocratie du comptoir » – accompagnement à l’accordéon et arrangements
2020 – « Avis d’tempête » – accompagnement à l’accordéon, mélodica, clavier – composition – arrangements – graphisme
Vous trouverez plus d’informations sur cette page : Téachel.

Le théâtre

Milieu des années 90, j’ai eu la chance de croiser le chemin de Raymond Fiabane et de sa compagnie « Les Chercheurs d’Art Associés ».
Avec mes amis musiciens Henri Bruch et Bachir Benarbia, nous avons illustré quelques spectacles, pour la plupart joués en extérieur : un tryptique sur des contes (Noël, érotique, en forêt). Il s’agissait de reprendre des chansons en rapport avec le thème : Douce nuit, petit papa Noël (Tino Rossi), Le chibre (Pierre Perret), le cul de Lucette (Pierre Perret), la sieste (Pierre Perret), la complainte des amants (Mouloudji)… Mais avant cela, nous sommes apparus pour des représentations loufoques, traitant des jardins et potagers, en chantant « Le petit jardin » (Dutronc), « Le jardin extraordinaire » (Trenet), Jean de la Lune (Les quatre Barbus).
Par la suite, j’ai composé quelques musiques pour un spectacle pour enfants (Le moissonneur Livreur), toujours en collaboration avec Raymond Fiabane. J’ai aussi travaillé sur le décor.
Avec Jean-Michel Leblond, par l’intermédiaire des « Chercheurs d’Art Associés », toujours pour un spectacle jeune public, j’ai à nouveau contribué à l’élaboration d’éléments du décor.
Lors du passage vers l’an 2000, un projet nommé ‘Arche 2000’ prévoyait de récolter des objets et des anecdotes liés à eux, afin de les remiser contre un reçu, et pouvant être récupérer par les descendants (ou ayant droits) en 2101. Mon rôle était de créer une animation musicale dans des galeries marchandes pour « attirer le chaland » pendant que deux comédiens expliquaient aux gens le concept et récupéraient les histoires et leurs supports.



En 2008, à Senones, en compagnie de Thierry Lalevée, nous avons interprété deux titres créés pour le spectacle « Assez !… » sur le thème de la 1ère guerre mondiale. Christian Staphe était aux commandes de l’écriture et de la mise en scène de ce « son et lumière ».

Aujourd’hui

J’ai composé un opus d’une vingtaine de minutes : le bal des chapeliers. Produit par Transparences et Téachel, il est sorti en CD en avril 2020. Mon objectif est de le théâtraliser, qu’il soit joué à deux, tout en amenant le public à participer.
L’idée d’un court métrage germe aussi dans mon esprit. A suivre donc !

Je me suis récemment remis à l’écriture : une histoire qui est liée au « Bal des chapeliers » sans trop y être. La composition et les textes sont en cours de réalisation et présenteront Marcel, accordéoniste … Je vous tiendrai régulièrement informés de l’évolution et de l’avancement du projet, par les articles du blog de ce site.

Mais encore …

En auto-didacte, j’ai aussi posé mes doigts sur des claviers, joué de la souris d’ordinateur sur des logiciels tels que Band in a Box, Reason, Studio One… Vous pouvez écouter quelques titres, listés ci-dessous :